Dans le cadre de la seconde partie du cycle de conférences HEJ Montpellier, nous avons reçu Lise Chevalier. Artiste plasticienne, elle est venue s’exprimer sur son parcours, son profil et son travail d’artiste.

 

Portrait de Lise Chevalier par les étudiants d'HEJ

"Lise Chevalier est une jeune artiste, originaire de Sète. Obtenant son diplôme des beaux arts de Montpellier en 2010, elle part finalement à Berlin pour étudier à la grande université d’art allemande. Elle suit les cours de l’artiste Lothar Baumgarten pendant quatre ans et obtient son Master d'arts plastiques. Amoureuse de sa région, elle y revient naturellement en 2012 : « Quand on vit depuis plus de cinq ans dans un endroit, vous avez envie d'y retourner. En plus, Sète est une ville très intéressante sur le plan culturel ! ». La ville lui offre en 2012 un atelier d'artiste, Lise débute diverses expositions de son travail à travers la région. Ses nombreuses inspirations, elle les trouve surtout dans la nature et les paysages. Un style contemporain qu'elle délivre sous forme de dessins, de photographies et d'écriture. La passion artistique de Lise est présente depuis sa plus jeune enfance.

Passionnée depuis toujours d'arts plastiques, de visuel et de musique, elle ne cherche en revanche pas à faire passer un message précis à travers ces œuvres. « J'expose ma propre subjectivité et j'essaye d'apporter un peu de poésie dans le monde, mais je ne cherche pas une portée politique par exemple » explique-t-elle. Elle expose en ce moment à l'espace Félix, espace emblématique de la scène artistique sétoise administré par le directeur du festival Fiest'A Sète. De beaux projets s'ouvrent à elle dans les mois à venir avec des expositions en Pologne, à Genève et un projet de résidence d'artiste à Sète."

 

Gabrielle Rapin - Olivia Kohler - Louis Reynes

 

intervenant hej montpellier

Artiste interdisciplinaire

Lise Chevalier, née en 1985, travaille dans les arts plastiques. Étudiante à l’École des Beaux Arts de Montpellier durant trois ans, elle obtient son Diplôme National des Arts Plastiques en 2006. Puis, elle prend la décision de faire son deuxième cycle d’études à l’Université des Arts de Berlin.

Elle explique aux étudiants d’HEJ la différence considérable de l’enseignement des arts à Berlin. En effet, les enseignants sont des artistes et les étudiants sont aussi considérés comme tels, à la différence de la France où ils ont le statut d’élèves. Durant quatre ans, elle étudie - en vu d’obtenir son master d’Arts Plastiques - dans la classe de Lothar Baumgarten (artiste allemand des années 70), dans laquelle il n’y avait pas de spécialité artistique mais un enseignement pluridisciplinaire.

Son enseignant était lui-même l’élève de Joseph Heinrich Beuys, ce dernier considérait tout être comme un artiste. Selon lui, chacun peut développer sa créativité et l’art est un moyen permettant de guérir et d’élever l’homme spirituellement. Il a beaucoup influencé Lise Chevalier, qui explique aux étudiants d’HEJ qu’il faut apprendre à regarder, apprendre à voir. On peut s’éduquer soi-même à voir les choses autrement. Le métier d’artiste est de réussir à voir le monde différemment et de poser de nombreuses questions sur la vie.

Elle s’exprime sur ses influences artistiques qu’elle compare à un spectre très vaste. La période des années 70 est un moment de grande liberté dans les arts, période qu’elle affectionne donc tout particulièrement. À titre d’exemple, elle cite Louise Bourgeois, artiste plasticienne qui l’a beaucoup touchée.

Lise Chevalier se souvient de Berlin comme une ville très riche, ayant une histoire particulière et de nombreux espaces de liberté où les artistes peuvent s’exprimer. Elle se remémore sa classe où il n’y avait plus de place sur les murs. Chacun y trouvait son compte et pouvait y apporter sa touche personnelle.

conférence HEJ

Paysages extérieurs et intérieurs

En 2012, elle décide de revenir à Sète, ville qu’elle affectionne puisqu’elle accueille de nombreux artistes. Celle-ci a par ailleurs vu naître des artistes tels que Paul Valéry ou encore Georges Brassens. Installée dans l’Atelier Victor Hugo, elle invite toute personne curieuse à lui rendre visite.

Lise Chevalier a profité de sa conférence à HEJ pour présenter son portfolio aux apprentis journalistes, en les laissant interpréter et être transportés. Puis elle a commencé à expliquer son projet Erosion, une pierre devant être imaginée comme une maison perdue entourée par une nature sauvage. Elle accompagne la photographie de 24 phrases, rappelant les 24 heures d’une journée.

Lise Chevalier apprécie la mise en espace. Par cela, elle aime observer les correspondances se créant entre différents objets, qu’elle façonne en y plaçant une énergie magique.

Elle souligne son goût pour l’écriture : Il faudra trois saisons (2011-2014), est un livre d’art qui recense son travail au bord de la mer baltique. Récits et photographies de paysages constituent cet ouvrage devenu un travail en lui-même.

L'artiste a également profité de cette rencontre pour faire écouter aux étudiants son écrit, dialogue imaginaire, lu par un auteur-compositeur et une chanteuse lyrique. Pour clôturer cette conférence, elle a confié aux élèves son nouveau projet de résidence consistant à inviter, dans un lieu défini et un temps limité, différents artistes.

Celui-ci s’adresse plus particulièrement à six artistes issus d'horizons variés comme l’Allemagne, la Serbie, la Pologne ou encore le Japon. Ce projet exclusivement féminin - par soutien et solidarité féminine - se clôturera par une exposition.