Deux étudiantes de l’Institut des Hautes Études de Journalisme de Lyon dispensent des « cours de journalisme » au sein d’une école Espérance Banlieues.

espérance banlieue lyon

Projet Espérance Banlieues

La fondation Espérance Banlieues - créée en 2012 par Eric Mestrallet - fonde sa première école en 2012. Aujourd’hui, le réseau est composé de huit écoles. Celles-ci sont indépendantes (hors-contrat), privées et proposent une éducation alternative.

Nous avons recueillis les propos de Marion Pottier, étudiante en HEJ 3 à Lyon, quant à son travail au sein de l’école à Pierre-Bénite :

"Pauline Fontanel et moi même - Marion Pottier - donnons des « cours » de journalisme dans une école Espérance Banlieues à Pierre-Bénite. Nous faisons un journal avec des CM1/CM2.

Située en banlieue lyonnaise, Le Cour La Passerelle est hors contrat. À la différence des établissements privés, ce type d'écoles se veut laïque et s'implante dans des zones dites en urgences éducatives.

Ces écoles dites « de la République » souhaitent inculquer les valeurs de la France. En effet, on y chante la Marseillaise et on lève les drapeaux, ce qui rend les enfants particulièrement fiers."

Participation au projet

"L'année dernière, nous avons eu vent du projet d'ouvrir une école en banlieue lyonnaise car notre intervenant à HEJ avait pris part à cette aventure.

Pauline et moi avions déjà travaillé avec les enfants, et le projet nous a tout de suite touchées. L'école a ouvert ses portes en 2016 avec deux classes : le CP/CE1/CE2 et les CM1/CM2. Les petits effectifs des classes permettent aux enfants un suivi personnalisé, sans laisser de côté ceux qui ont des difficultés. Suivant le projet de près, Pauline et moi avons eu envie de faire quelque chose.

En janvier, après un entretien avec le directeur de l'école et la maîtresse, nous avons mis en place un atelier journalisme. Nous l'animons tous les lundis durant 1h30. Les élèves sont drôles, curieux et sensibles, ce qui fait que nous y allons toujours avec autant de plaisir. Le journal est bientôt terminé et nous passons maintenant à un nouvel atelier puisque nous allons faire avec eux un journal télévisé.

Personnellement, je trouve très enrichissant de travailler avec des enfants. Chacun d'entre eux est différent ! Ils nous surprennent, nous poussent à nous adapter. Cela nous apprend, la patience et la bienveillance

Ce qui nous a donné envie de nous investir, dit un peu grossièrement, c'est que nous aimons le contact avec les enfants, nous avons toutes les deux déjà travaillé avec eux. Et surtout le projet, très beaux à nos yeux. Il gagne à être connu. D’ailleurs le parrain de la première école est Harry Roselmack."

 

Merci à Marion Pottier et Pauline Fontanel pour les photos et pour nous avoir fait part de son témoignage.